Livraison GRATUITE aux Pays-Bas !
10.000+ clients satisfaits
Garantie de satisfaction à 100 %
Service client rapide
paiement sécurisé

Pouvons-nous changer les océans du monde ?


Si nous pensions à toute l'eau sur Terre, nous ne pourrions même pas la mettre en perspective. Avec une telle abondance de contenu océanique ici même sur notre propre planète, c'est pas étonnant que les scientifiques soient occupés à trouver comment exploiter ce volume gargantuesque pour les efforts d'énergie renouvelable. désespérément besoin dans le monde ?

Il s'avère que nous pourrions le faire, une équipe de recherche australienne découvrant une solution potentielle qui pourrait utiliser la pression osmotique pour générer de l'énergie. Et il y a une particularité : le Kevlar recyclé (un fibre synthétique résistante à la chaleur) pourrait également jouer un rôle.

Si vous n'êtes pas sûr de ce sujet, osmose< span > – en un mot – un passage de l'eau à travers une membrane. L'électricité vient avec l'eau de mer elle-même.  Donc lorsque le sel et les ions sont impliqués, vous avez un brassage de puissance (dans une explication très simple).

Si l'eau de mer est isolée de l'eau douce par une membrane spécifique, les deux côtés différents essaient de trouver un équilibre. C'est à ce moment que la pression est générée et peut être convertie en sources d'énergie .

Tout cela sonne bien et bien, mais il y a beaucoup de choses dans l'image que nous ne pourrions pas facilement mettre en mots. C'est pourquoi nous faisons tous confiance à la bonne vieille équipe australienne de l'Université Deakin nous l'expliquera mieux. Essentiellement, ils dire   :

"[Le procédé] doit combiner des propriétés mécaniques élevées avec une charge de surface élevée, une densité de nanocanaux, une évolutivité de la production et une résilience environnementale."

Qu'en est-il de l'utilisation du bot ?

Les chercheurs explorent le potentiel de l'utilisation de la pression osmotique pour créer de l'énergie depuis les années 1970 : ce n'est pas un nouveau concept. Mais là où réside la nouvelle vision, c'est le progrès des méthodes de fabrication, permettant aux chercheurs de créer de nouveaux matériaux à l'échelle nanométrique.

L'équipe australienne s'est inspirée d'une activité osmotique similaire qui se produit dans notre propre corps. Ils ont remarqué une différence significative entre les os et les tissus mous, puis ont comparé cela avec la capacité de chacun pour transporter les ions.

Essentiellement, l'os est extrêmement solide, donc tout type de nouveau tissu ou matériau basé sur une structure osseuse pourrait créer quelque chose de potentiellement révolutionnaire pour une membrane. L'inconvénient est cet os n'est pas très bon pour le transport des ions. En revanche, nos tissus mous - tels que les reins et le cartilage - transportent efficacement les ions, mais la structure est faible (par rapport à l'os).   Pouvez-vous voir où les points sont connectés ?

Les chercheurs cherchent actuellement à créer une membrane composite qui tire parti des deux matériaux, en utilisant des couches à l'échelle nanométrique de chacun. En particulier, ils ont choisi des fibres d'aramide pour le substitut des tissus mous et plaquette de nitrure de bore pour l'alternative osseuse.

L'équipe a encore beaucoup de recherches à faire, y compris l'utilisation de Kevlar recyclé pour terminer le processus, mais ce sont néanmoins des moments passionnants.


Hoeveel zonnepanelen heeft u?

1 tot 15 16 tot 24 25 tot 40 41 of meer
Testimonials HTML